close

Qui fixe l’obligation de vérification d’un pont roulant ?

Si votre entreprise possède des engins de travaux publics de manutention ou de levage, il est nécessaire d’effectuer une VGP. Qui fixe l’obligation de vérification d’un pont roulant ?

Qu’est-ce qu’une vgp ?

La vérification générale périodique VGP permet de contrôler l’état des engins et des équipements de manutention. Depuis le 1er mars 2004, ce contrôle est devenu une obligation légale pour certains engins de levage et de chantier. L’objectif ici est de vérifier la bonne conformité de l’appareil, de ses équipements et de détecter ainsi toutes détériorations pouvant entraîner un risque ou un danger pour l’utilisateur. Les anomalies constatées doivent alors être réparées, afin de maintenir l’engin en bon état de fonctionnement.

A lire en complément : Comment se faire rembourser une épilation laser ?

Ainsi, les VGP permettent d’établir un rapport d’intervention. Un rapport qui intègre les informations nécessaires concernant le fonctionnement de l’engin, les anomalies détectées ainsi que les causes de défaillances liées à l’appareil. Toutefois, il ne faut pas négliger une maintenance régulière en dehors des VGP, afin de maintenir les machines en état de marche.

Les VGP, une obligation instaurée par le Code du travail

Les VGP sont une obligation générale de sécurité définie par le code de travail en son article L. 4321-1. Cet article dit que les équipements de travail et les moyens de protection doivent être utilisés et maintenus de manière à préserver la sécurité et la santé des travailleurs. Le Code du travail impose aux établissements concernés, la réalisation de vérifications périodiques ainsi que les modalités de réalisation de celles-ci dans ses articles R4323-23 à R4323-27. Il est nécessaire de réaliser une VGP tous les 6 mois ou tous les ans en fonction de la catégorie d’engin concernée.

A découvrir également : Nouveau divorce par consentement mutuel : tout ce que vous avez besoin de savoir

Les engins de levage pouvant déplacer ou lever de la marchandise avec un changement de niveau significatif doivent effectuer une VGP tous les 6 mois. En revanche, les engins de manutention pouvant déplacer et lever des produits non-conditionnés comme du fumier doivent effectuer une VGP tous les ans.

Pourquoi une vérification générale périodique est-elle obligatoire ?

Autant dans le secteur industriel que dans le secteur construction ou agricole, une vérification approfondie de l’état des machines utilisées quotidiennement s’avère essentielle. En effet, les engins de chantier et de levage sont soumis à une utilisation intense qui peut endommager l’ensemble ou des parties de la machine. Pour éviter d’éventuels accidents entraînant de lourds dégâts matériels et humains, il convient donc de s’assurer du bon fonctionnement de ces machines.

Pour respecter la législation et protéger leurs salariés, les chefs d’entreprises et travailleurs indépendants doivent donc se conformer à une VGP de leurs différents équipements de travail.

Quels sont les types d’examens exigés ?

Examen de l’état de conservation

Dans un premier temps, l’inspecteur en charge de la VGP va réaliser un examen visuel de l’appareil à vérifier. Ce premier examen permet d’évaluer l’état de conservation de la machine, des supports et des équipements associés.

Après un examen visuel, il sera possible de réaliser des observations précises sur l’état de la machine et les éventuelles détériorations apparentes : usure, déformation, fissure, corrosion, assemblage défectueux…

Essai de fonctionnement

Après l’évaluation de l’état général de la machine, plusieurs essais de fonctionnement doivent être réalisés, afin de s’assurer de la sécurité au moment de son utilisation.

À cet effet, le contrôleur va tester le fonctionnement des différents mécanismes et dispositifs supplémentaires.