close

Quels sont les objectifs de la DDA ?

A lire aussi : Comment couvrir ses positions en bourse ?

Auteur : Youssef Abouyoub

A lire aussi : Quels sont les avantages d’un crédit à la consommation ?

La Directive européenne sur la distribution des assurances (DDA), entrée en vigueur le 1er octobre 2018, aura un impact significatif sur les acteurs du secteur.

DDA vise à être proche de l’esprit de MIFID 2, qui vise à réglementer la distribution des produits d’investissement financier, à assurer la transparence aux consommateurs, à renforcer leur protection et à établir des règles communes pour toutes les parties prenantes.

En outre, cette évolution réglementaire aura également des impacts opérationnels pour les différents acteurs du marché de l’assurance en termes de stratégie, de marketing et de distribution, de ressources humaines et de formation, de processus et de systèmes d’information.

1. Un texte qui veut améliorer les pratiques du marché et améliorer la protection des clients

Contexte

  • Nécessité de transparence pour les consommateurs
  • La méfiance du public envers les institutions financières
  • Absence de législation sur les conseils aux clients sur les produits d’assurance souscrits
  • Nécessité d’évoluer les dispositions de la directive de 2002
  • La volonté européenne depuis 2008 de mieux réglementer les activités et pratiques financières des différents acteurs

Objectifs

  • Renforcer la protection des
  • Renforcer les rapports et la surveillance des distributeurs d’assurance
  • Gérer la conception des produits d’assurance et leur distribution à
  • public Assurer l’équité entre les différents acteurs du marché

Jalons importants

  • Publié au Journal officiel européen le 2 février 2016
  • Transposition en droit national au 1er juin 2018
  • Entrée en vigueur des dispositions de la directive en France le 1er octobre 2018 (à l’exception de celles relatives à la formation professionnelle)
  • Entrée en vigueur des éléments relatifs à la formation professionnelle le 23 février 2019

2. Les agents concernés par la directive

3. Les principaux articles et leurs dispositions

Article premier

  • Définit le champ d’application DDA
  • Concernant toutes les personnes physiques et morales dont l’activité principale est la distribution de produits d’assurance et de réassurance
  • Incidence sur tous les produits d’assurance, à l’exception de ceux vendus en sus d’un bien ou d’un service dont la prime est inférieure à 600 EUR et dont la durée de service n’excède pas 3 mois

Article 10

  • Définit les exigences en matière de connaissances et de formation des distributeurs d’assurance
  • Établit une exigence de formation d’au moins 15 heures par an pour toute personne participant à la distribution de produits d’assurance ou de réassurance
  • Définir un niveau minimum d’heures de formation pour s’aligner sur le niveau de complexité des produits distribués

Article 14

  • Définit l’obligation de mettre en œuvre un processus demande dans laquelle le distributeur doit répondre au demandeur
  • Introduire une nouvelle fonctionnalité : les clients et les associations de consommateurs peuvent déposer une plainte

Articles 17, 18, 19, 20, 27, 28, 29 et 30

  • Définir des règles relatives au renforcement de la protection et des intérêts des clients
  • Introduire les principes de la primauté des intérêts du client, de l’obligation d’information précontractuelle à travers un seul document « PID » (Document d’identification du produit) et de l’absence de conflits d’intérêts entre distributeurs et
  • clients

Article 25

  • Définit de nouvelles exigences pour le lancement de nouveaux produits par les compagnies d’assurance
  • Inscrivez l’obligation de mettre en œuvre un Politique de gouvernance « POG » dans la conception, la distribution et le suivi de produits avec l’intérêt du client comme moteur

4. Impact sur 5 domaines d’activité pour les acteurs du marché

5. Impacts pour les acteurs du marché

Stratégie

  • Risque accru de non-conformité : l’article 1er étend le champ d’application de la directive à tous les produits d’assurance (à l’exception de ceux expressément exclus). Par conséquent, les distributeurs d’assurance doivent cartographier les risques associés à l’ensemble de leur offre et mettre en œuvre un programme de conformité.
  • Redéfinir les relations avec les différents distributeurs : les articles 19 et 28 prévoient des règles claires sur l’absence de conflits d’intérêts entre une entreprise d’assurance et ses intermédiaires distribuant ses produits. À cette fin, la directive exige :
    • Surveillance supplémentaire des régimes d’incitation pour les intermédiaires
    • Faire connaître au client toute relation de capital entre les distributeurs d’assurances dès que le seuil de 10 % pour la possession de droits de capital ou de votes est dépassé.
    • Informer le client si le distributeur du produit d’assurance a une obligation contractuelle exclusive envers une compagnie d’assurance

Ces nouveaux éléments influencent les distributeurs sur leur stratégie d’expansion de réseau de distribution, leurs options stratégiques d’investissement et d’acquisition et, en particulier, sur la définition des avantages concurrentiels de leurs produits.

Marketing et Distribution

  • Mise en place d’un système efficace de plaintes : L’article 14 exige un processus de plainte clair et identifié dans lequel une réponse du client doit être fournie. Par conséquent, le défi consiste à disposer d’un système de gestion des réclamations pour assurer leur traçabilité, leur surveillance et leur certitude lorsqu’ils sont fermés.
  • Obligation du concessionnaire de « formuler des recommandations personnalisées »  : les articles 20 et 30 exigent que les distributeurs d’assurance proposent des contrats en fonction des besoins des clients et émettent des recommandations personnalisées. Selon la nature du produit d’assurance, les distributeurs doivent :
    • Produits d’assurance « simples » : compréhension et analyse des objectifs du client
    • Produits de placement liés à l’assurance : comprendre et analyser les objectifs, comprendre la situation financière du client et la tolérance au risque

Ces éléments modifient le rôle du distributeur en intégrant une dimension conseil et support.

  • Refonte de la documentation d’information sur les produits d’assurance non-vie : outre les obligations susmentionnées, l’article 20 exige un format unique appelé « PID’ ». Il devrait donc inclure des informations sur :
    • Le type d’assurance
    • Les principaux risques couverts
    • Les risques exclus
    • Le montant assuré
    • média/durée des paiements
    • Durée du contrat
  • Transparence des prix : l’article 19 établit une volonté réelle du régulateur d’émettre des règles de transparence sur les prix payés par les clients, en soulignant les redevances et redevances perçues par les intermédiaires de distribution. Par conséquent, le client doit être transmis au nature de la rémunération perçue (honoraires, commissions, avantages économiques…) et son montant.

RRH fichier

  • Obligation de former le personnel participant au processus de distribution : par les dispositions de l’article 10 qui établit une base de formation des produits d’au moins 15 heures par an, ces dispositions devraient être intégrées dans les plans annuels établis par HR. En outre, conformément aux exigences des États membres, cette formation doit être accréditée par certification.

Processus

  • Mise en œuvre du « POG »  : L’article 25 de la DDA exige que le concepteur de produits d’assurance mette en œuvre un processus d’ « approbation de produit » basé sur les éléments suivants :
    • Définition du marché cible
    • Analyse des risques produits et adéquation par rapport au marché cible
    • Adéquation de la politique de distribution des produits pour le marché cible

Cette nouvelle exigence de la directive oblige les entreprises qui conçoivent des produits d’assurance à développer le processus de développement et de lancement de nouveaux produits afin de les adapter à la directive.

IT

  • Intégration de « PID » dans les systèmes d’information pour automatiser leur édition
  • Amélioration des outils existants de gestion des réclamations
  • Stockage des données transmises par le client et de l’alimentation à KYC
  • Examen des formules pour calculer les prix des primes d’assurance dans les outils actuels…

6. Résumé des principaux impacts les participants au marché

Stratégie

  • Révision des règles de distribution
  • Cadre d’incitation pour les intermédiaires
  • Redéfinir les relations assureur-distributeur
  • Définition de nouveaux avantages concurrentiels

Marketing et Distribution

  • Redessiner les moyens de vente de produits
  • Examen de la gestion de la relation client (CRM) et des informations transmises et collectées (KYC)
  • Définition de nouveaux processus et arguments avant vente

Ressources humaines et formation

  • Mise en place d’un plan de formation obligatoire
  • Accompagnement des professionnels dans leur compétence accrue dans les produits

Processus

  • Gouvernance et surveillance plus strictes des normes de distribution
  • Examen du processus de lancement et de commercialisation du produit « POG »

IT

  • Revoir les méthodes de tarification dans Outils
  • Examen des documents de vente et CRM pour les clients et édité par les différents outils

Télécharger le document