La création d’une microentreprise

Que vous soyez une mère au foyer, un étudiant ou que vous ayez un emploi régulier de 9 à 5, créer votre propre entreprise est tout à fait réalisable. Si vous n’êtes pas prêt à quitter le mode de vie stable que vous avez actuellement ou si vous n’êtes pas enclin à prendre des risques, vous pouvez envisager de créer une microentreprise.

Qu’est-ce qu’une microentreprise ?

Une microentreprise en France est un type de société qui est disponible pour les personnes qui souhaitent créer leur propre petite entreprise. Ce type d’entreprise a été mise en place en France a depuis 2009. Il s’agit d’une option convenable pour ceux qui ne sont pas très familiers avec les procédures de création de sociétés en France, car cette structure bénéficie d’exigences d’enregistrement plus simples.

A découvrir également : Est-ce que la rémunération est l’aspect le plus important de la motivation pour un employé ?

Le statut de ME ne convient pas à toutes les lignes de travail. S’il s’agit d’une activité artistique (portraitiste, musicien, auteur, danseur, etc.) ou d’une profession réglementée (comptable, psychologue, agent de voyage, agent immobilier), le statut de ME n’est peut-être même pas envisageable. Prenons quelques exemples pertinents :

Métiers et entreprises que vous POUVEZ exploiter en tant que ME : chambre d’hôtes, photographe, professeur de langues, organisateur de mariage, conseiller en informatique, esthéticienne, coiffeur.

Lire également : Comment utiliser la formation comme outil de fidélisation ?

Professions qui NE PEUVENT PAS être exploitées en tant que ME en raison de leur statut réglementé : Comptable, avocat, chiropraticien, ostéopathe, vendeur indépendant, constructeur de travaux généraux, architecte, sage-femme, diététicien, conseiller financier, agents immobiliers, promoteurs, sociétés de financement, sociétés de location.

Les métiers et entreprises pour lesquels il ne serait pas rentable d’être ME : Ceux où vos coûts de matières premières ou vos frais généraux bénéficieraient de la récupération de votre TVA (impossible avec une ME) ; ceux qui nécessitent du personnel rémunéré, car vous ne pourrez pas déduire directement les coûts salariaux.

Outre les artistes, d’autres types de professions font également l’objet de restrictions quant à l’éligibilité au statut de ME, comme les activités scientifiques et sportives. La liste complète des entreprises qui ne sont pas éligibles à ce statut peut être obtenue auprès de la Chambre de Commerce ou de la Chambre des Métiers de votre région.

Comment créer une microentreprise

Voici quelques étapes que vous pouvez suivre pour aider à créer sa micro entreprise :

Étape 1 : Établir clairement la mission et la vision

Les déclarations de mission et de vision expriment clairement l’intention, les valeurs, les garanties et l’objectif de votre entreprise – en fait, le fondement de l’entreprise. Sans une déclaration de mission et de vision claire, les plans les plus méticuleux de votre entreprise ne disposeront pas d’une base solide pour se développer. Des énoncés de mission et de vision clairs sont également attrayants pour les clients et les investisseurs, car les gens investissent dans des entreprises aux valeurs fortes.

En fonction du type d’activité que vous envisagez d’exercer, ou du type de produit/service que vous souhaitez vendre, vous devrez effectuer un dépôt de marque. Il peut s’agir de :

  • Les produits alimentaires et les boissons
  • Les vêtements
  • Les produits cosmétiques
  • Bijouterie
  • Transport
  • Produit chimique

Étape 2 : Établissez des plans d’opération détaillés pour votre entreprise

Une microentreprise comporte de nombreuses parties mobiles, mais il suffit de fixer des objectifs et des étapes avec des dates pour organiser chaque opération. Avec la technologie d’aujourd’hui, vous pouvez utiliser un outil tel qu’un business model canvas ou un one-pager pour résoudre les problèmes potentiels qui peuvent survenir. Pour vous aider dans cette tâche, posez-vous les questions suivantes :

  • Qui sont mes principaux partenaires et fournisseurs ?
  • Où ma microentreprise exerce-t-elle ses activités ?
  • De quelles ressources ai-je besoin, et combien coûtent-elles ?
  • Quelle est la structure de mon entreprise ?
  • Qui sont mes clients cibles et comment vais-je répondre à leurs besoins ?
  • Quelle est ma structure de coûts/de revenus ?

Étape 3 : Évaluez vos finances

Bien qu’ils aient été largement abordés à l’étape précédente, créez un bilan, un compte de résultat et un état des flux de trésorerie prévisionnels sous forme de liste détaillée. Le fait de disposer d’un plan financier bien étudié et préparé facilitera la présentation aux investisseurs et aux prêteurs extérieurs.

Étape 4 : Organisez un plan marketing

Une microentreprise nécessite une stratégie marketing solide, surtout si votre équipe est petite ou si vous êtes seul. Vous devez comprendre votre clientèle et savoir comment l’atteindre et lui apporter le plus de valeur possible en effectuant suffisamment de recherches. Ces informations vous permettront de mettre en place des des campagnes de marketing digital comme le marketing par e-mail,  la publicité sur les réseaux sociaux, les annonces Google et le marketing de contenu/SEO.

Étape 5 : Recherchez et testez votre produit

Le prototypage et le prétotypage sont des stratégies permettant de comprendre comment améliorer votre entreprise du point de vue des clients. Voici quelques exemples de recherche pour les petites entreprises :

  • Enquêtes
  • Un site Web modélisé, prélancé ou en avant-première
  • Des offres pour constituer une liste d’adresses électroniques
  • Le démarchage téléphonique de vendeurs et de clients potentiels

Lorsque les gens disent “non” pour tester votre produit ou service, c’est une bonne occasion de demander un retour sur la façon d’améliorer l’expérience client.

Dernière étape : Enregistrez votre microentreprise et démarrez !

Une fois que vous avez bien compris les finances, les opérations et la conception de votre entreprise, l’étape finale consistent à enregistrer officiellement votre entreprise auprès du gouvernement (si ce n’est pas déjà fait) et à commencer à fonctionner !

Le processus d’enregistrement en tant que microentreprise est un processus d’autodéclaration qui peut être effectué très facilement en ligne via le site autoentrepreneur.urssaf.fr. Une copie scannée d’une pièce d’identité agréée (CIN, carte de séjour ou passeport) doit être téléchargée à la fin du processus.

En outre, les entreprises de nature commerciale ou artisanale doivent s’inscrire (respectivement) au Registre du Commerce et des Sociétés (RCS) ou au Répertoire des Métiers (RM).

Certains types d’entreprises sont exclus du statut de microentreprise (autoentrepreneur). Il s’agit notamment de toutes les activités d’achat et de vente de biens immobiliers à titre professionnel, des agences immobilières, des promoteurs, des sociétés de financement, des sociétés de location, etc. Certaines restrictions existent également en ce qui concerne les artistes, les écrivains, les activités scientifiques et sportives. La liste complète des entreprises non éligibles à ce statut peut être obtenue auprès de la Chambre de Commerce ou de la Chambre des Métiers de votre région.

La microentreprise en France est-elle une structure d’entreprise ?

D’un point de vue juridique et fiscal, la microentreprise en France n’est pas considérée comme une structure sociétaire, dotée d’une personnalité juridique propre. Cela signifie qu’il n’y a pas de distinction juridique entre le fondateur de la société et la société, ce qui a pour conséquence que l’investisseur deviendra personnellement responsable des dettes de la société, le cas échéant.

Si vous souhaitez ouvrir une société en France en tant que microentreprise, vous devez savoir que cette structure bénéficie d’un régime fiscal spécial, qui n’est pas applicable aux structures sociétaires. Le but d’une microentreprise en France est généralement de fournir un moyen légal par lequel les personnes qui ont un revenu annuel faible à modéré peuvent augmenter leur revenu en gérant une petite entreprise, dans laquelle ils vendent leurs propres services ou biens à d’autres clients.

Quelles sont les considérations fiscales pour une microentreprise en France ?

Cependant, les entreprises qui réussissent peuvent garantir le fait que la personne qui a créé l’entreprise n’aura pas besoin de travailler sous contrat de travail pour une autre société, en plus de sa propre microentreprise en France. D’un point de vue fiscal, la microentreprise offre une exonération du paiement de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA), pour autant que le revenu annuel de l’entreprise soit limité à un certain seuil.

Ce seuil est différent pour ceux qui vendent des biens et des produits et pour ceux qui fournissent des services à des clients locaux. Si vous êtes intéressé par le régime fiscal applicable à ce type de société, ainsi que par les obligations du propriétaire en matière de déclaration auprès des autorités fiscales locales, notre équipe de spécialistes de la création de sociétés en France peut vous aider. Notre équipe a également préparé une courte présentation sur les principaux aspects fiscaux que vous devez connaître :

  • Si vous développez une activité de services à travers votre microentreprise en France, le chiffre d’affaires annuel maximum doit être de 72 500 euros ;
  • Ceux qui développent des activités commerciales (c’est-à-dire la vente de biens et de produits) ou qui opèrent dans le secteur de l’hébergement peuvent avoir un chiffre d’affaires annuel de 176 200 euros ;
  • Veuillez noter qu’un propriétaire d’entreprise peut développer à la fois des services et des activités commerciales, mais le chiffre d’affaires doit être de 176 200 euros maximum, tandis que la composante services de l’entreprise doit représenter 72 500 euros maximum de l’ensemble des recettes ;
  • L’entreprise doit être enregistrée auprès des institutions locales, ainsi qu’à des fins fiscales, et se verra attribuer un numéro d’enregistrement d’entreprise, composé de 14 chiffres (les 9 premiers renvoient au code d’enregistrement de l’entreprise dans le registre national des entreprises, et les 5 derniers, à l’identification de l’entreprise en fonction de son emplacement géographique) ;
  • La micro entreprise en France est très populaire, puisqu’en 2016, on comptait plus de 1,1 million de ces structures enregistrées au niveau national.

 

 

Catégories de l'article :
Business