close

Qu’est-ce que l’autisme léger ?

Le_mythe_autisme_severe_3

Maintenant que nous savons que les antécédents médicaux de l’autisme ont conduit à des écarts significatifs dans le sens de l’autisme, que faisons-nous maintenant ?

La première étape consiste à parler d’intégration plutôt que d’intégration. Nous devons reconnaître que les autistes font partie de la société, comme tout autre individu, et cesser de les classer comme un groupe d’individus accueillant la société.

A lire en complément : Quelles huiles essentielles pour hernie hiatale ?

Pour ce faire, la première étape consiste à annuler les demandes et les exigences sur l’autisme, afin qu’elles se conforment à être socialement acceptables et qu’elles mémorisent par cœur et imitent la façon dont le fonctionnement neurotypique. Voulez-vous demander ou exiger qu’une personne paralysée fasse un effort pour marcher ou un sourd pour tenter de vous entendre ? Bien sûr que non, et ce serait totalement absurde. Alors pourquoi tu le fais avec l’autisme ? Par conséquent, nous devons arrêter toutes les tentatives de normalisation.

En contrepartie, pour que cet enregistrement fonctionne, l’autisme devra s’affirmer en tant que tel et accepter d’utiliser des mesures d’inclusion de la même manière qu’une personne sourde ou paralysante. L’autisme ne serait pas en mesure de tenir des individus ou de la société s’ils ont les inclusions à leur disposition, à condition qu’elles soient adaptées à chaque autiste, tout comme elles conviennent, par exemple, à une amputation de bras ou de jambes.

A lire en complément : 5 conseils pour bien choisir ses lunettes de vue

Il convient également de noter que l’une des fausses croyances les plus courantes sur « autisme léger ou sévère » est que l’avenir de la personne autiste est prédéterminé, et la personne pour la vie est gelée dans cet état. Mais en réalité, l’autisme évolue au fil du temps.

L’ état d’un autiste n’est pas immuable. Un autiste évolue à son propre rythme. Les variantes neurologiques de l’autisme dont l’intelligence ciblée et La surperception d’eux conduit à un rythme de développement complètement différent du non-autisme. La comparaison entre autisme et non-autisme est donc impossible. Il ne faut jamais sous-estimer l’intelligence ou la compréhension d’une personne autiste. Des outils devraient être recherchés pour promouvoir la communication et l’apprentissage en fonction de leur neurologie, c’est-à-dire de leur pensée autistique.

Pour promouvoir l’autonomie d’une personne autiste, nous devons d’abord respecter et comprendre sa neurologie. Même si en apparence, un enfant autiste décrit comme « sérieux » ou « bas niveau » ne semble rien faire, n’apprend rien et est enfermé dans son monde, ce n’est jamais le cas. En tant que fan, l’enfant autiste se concentre sur les détails pour progressivement ouvrir, à son propre rythme, vers l’extérieur. En ce sens, les enfants autistes n’ont pas de retard dans l’apprentissage et apprennent simplement différemment. Il est donc essentiel que l’autisme soit considéré comme un Une autre façon de travailler et non pas comme un handicap ou un déficit qui doit être comblé, car c’est ainsi que sont commises les plus grandes erreurs.

L’ autisme ne disparaît pas à mesure que nous vieillissons. Cependant, les autistes acquièrent progressivement des connaissances et des compétences au fil des ans pour fonctionner plus ou moins facilement dans la société, avec plus ou moins de soutien. Il s’agit généralement d’un comportement adaptatif, ce qui signifie que la personne autiste s’adapte aux exigences et aux contraintes de la société et de l’environnement pour vivre au rythme de la société d’aujourd’hui, selon les conventions et les codes sociaux. Nous pourrions donc parler d’autisme « invisible » par rapport à l’autisme « visible » dans l’enfance.

autisme est mutuellement diversifié, comme les personnes non autistes, et ils n’ont pas besoin d’être catégorisés. Certains autisme a des propriétés perceptibles plus prononcées et évidentes que d’autres. Certains auront besoin de plus d’aide et d’outils pour se développer. Tous fortement teintés par les bagages personnels, familiaux, sociaux et écologiques de chaque individu. La pensée de l’autisme est le point commun de toutes les personnes atteintes d’autisme et l’autisme les comprend toutes. L’

Les principaux éléments pour aider une personne autiste à se développer est la compréhension de la pensée autiste et la promotion d’un mode de communication conçu pour cette neurologie particulière, comme le langage conceptuel de SACCADE. Il est également nécessaire de promouvoir et d’encourager leurs intérêts spécifiques, plutôt que de les opprimer. Les intérêts spécifiques sont le moteur de l’apprentissage de l’autisme. Nous devons aller au-delà des apparences et comprendre le comportement de l’autisme afin d’entrer en contact avec eux et de répondre à leurs besoins.

C’ est ainsi que les autistes se sentiront et seront inclus dans cette société auquel ils participeront pleinement. Autisme désir et choisir de vivre avec le non-autisme. Ils demandent simplement que ce désir et ce choix soient faits d’une manière inclusive et non discriminatoire.

Un texte co-écrit par Mathieu Giroux et MélanieOuiMet